Brioude (434 m.), sous-préfecture de la Haute-Loire, ville de 5.623 hab. (les Brivadois), sur une terrasse dominant de quelques mètres, à l'Est, la belle plaine où coule l'Allier, à 1 km 5. de la rive gauche de cette rivière.

 

Tourisme à Brioude à l'époque

Tourisme à Brioude à l'époqueChemin de fer: — Brioude est desservi par la ligue de Paris à Nîmes; 491 km de Paris.
Services automobiles: — pour Clermont-Ferrand, La Chaise-Dieu, Le Puy en Velay, Langeac, Saint-Flour.
Hôtel Moderne, 8 av. Victor-Hugo (18 chambres; tél. 0-08). Hôtel Continental, 35 place de la Gare (20 chambres; tél. 0-50). Hôtel de la Poste, 30 bd Dr-Devins (10 chambres; tél. 1-72).
Poste: — Av. Victor-Hugo, près do la place de Paris.
Syndicat d'Initiative: — Bd Docteur Devins.

Histoire. — Brioude, dont le nom est d'origine gauloise (Brivate, de Briva, pont), dut son développement et sa célébrité au tombeau du martyr St Julien, près duquel fut aussi enseveli Avitus, devenu évèque après avoir été empereur romain (456), et honoré sous le nom de St Avit. Jusqu'à la Révolution, Brioude fut une seigneurie ecclésiastique possédée par un chapitre de 38 chanoines portant le titre de comtes de Brioude.

Industrie. —Brioude possède une usine de grosse chaudronnerie et deux usines traitant les minerais d'antimoine exploités aux environs (gisements assez nombreux). — La ville est fréquentée comme centre de pêche: les saumons se trouvent dans l'Allier qu'ils remontent jusqu'au-dessous de Brioude (de février à mai).

La route de Clermont (N. 102), que l'avenue de la Gare rejoint à l'entrée de Brioude, contourne la vieille ville à l'Ouest par un boulevard appelé avenue Victor-Hugo jusqu'à la place de Paris (monument de 1914-1918, par Dintrat). L'église Saint-Julien s'élève au centre de la vieille ville.
L'église Saint-Julien, élevée sur la place où son patron souffrit le martyre, reconstruite aux XII° et XIII°, restaurée, est une des églises les plus belles et les plus caractéristiques de l'école romane auvergnate. La façade Ouest a été entièrement restaurée en 1860 et pourvue de portails qui, jusque-là, manquaient. Le flanc Sud offre un beau porche: voûté d'arêtes, il est orné de colonnes engagées à chapiteaux de style antique; il a conservé ses anciennes portes, en bois recouvert de cuir, avec leurs peintures primitives et les têtes de bronze (chien et singe) retenant les anneaux qui servent à tirer les vantaux.
Le flanc Nord a également un porche roman avec, sur la voûte, des traces de fresques du début du XIII°. La perspective extérieure du transept (non saillant) et du chevet à cinq chapelles est des plus belles; fenêtres très ornées, riche corniche à modillons, décoration géométrique en pierres polychromes.

Tourisme à Brioude à l'époqueDes dispositifs de défense (mâchicoulis sur arcades) se remarquent en certains points du couronnement, notamment aux pignons du transept. Le clocher octogonal, sur la croisée, est une reconstruction moderne, ainsi que le clocher carré de la façade Ouest.

A l'intérieur, un narthex voûté d'arêtes précède la nef; il est surmonté de tribunes dont celle du Sud (à droite), dite chapelle Saint-Michel, offre des restes de peintures très curieuse (XII° et XIV°; pour y accéder, s'adresser au sacristain).
La nef et ses bas-côtés, de cinq travées, appartiennent à deux époques différentes: les quatre premières travées (arcs en plein cintre) sont du XII°, la 5e (arcs brisés) est du XIII°. Les bas-côtés, fort élevés, sont voûtés d'arêtes et dépourvus de tribunes. La neTourisme à Brioude à l'époquef, primitivement voûtée en berceau et sans fenêtres, a été surélevée au XIII° et voûtée alors sur croisées d'ogives, qui ont permis de l'éclairer par des fenêtres de modèles divers. Les chapiteaux des colonnes engagées des piles, dont certains à personnages, sont intéressants. Chaire et fonts baptismaux sculptés. — Dans une chapelle s'ouvrant sur le bas-côté gauche, beau retable en bois sculpté de Vanneau (1693; statues grandeur nature). — A la sacristie, Sainte Famille de l'école de Vinci.
Le transept, dont les grands arcs sont brisés, a son carré couvert d'une lanterne voûtée sur croisée d'ogives. Les croisillons, couverts de berceaux transversaux, sont pourvus de tribunes portées sur des voûtes d'arêtes (dans celle du Nord, cheminée à manteau conique).
L'abside, qui s'ouvre directement sur la croisée du transept et recouvre une crypte, est voûtée en cul-de-four brisé et éclairée par de petites fenêtres; aux colonnes, beaux chapiteaux.
Le déambulatoire est voûté d'arêtes sans doubleaux; ses cinq chapelles rayonnantes présentent une décoration d'une rare élégance: colonnes et colonnettes aux fenêtres et, entre les chapelles, arcatures aveugles et bandeau délicatement sculpté. A la voûte de la 2e chapelle à droite, peintures anciennes; entre la 2e et la 3e chapelle, statue de Notre-Dame de Laurie; à la voûte de la 4e chapelle, vestiges de peintures anciennes. — L'église possède une belle statue de St Jacques de Compostelle, en marbre, du XV°.

Tourisme à Brioude à l'époqueDerrière l'église, on débouche sur une terrasse plantée d'arbres qui forme une jolie promenade dominant la plaine de l'Allier (belle vue). L'hôtel de ville et le palais de justice y occupent un vaste édifice à arcades du XVII°. — Dans la ville, on remarque plusieurs maisons anciennes, à tourelles d'angle, notamment place Eugène-Gilbert; sur cette même place, monument commémoratif de J. Maigne (1816-1893) et d'A. Saint-Ferréol (1810-1891), députés de Brioude. Rue du 4-Seplembre, n° 25, boutique du XVI°. — A l'hôpital, dans la chapelle, beau Christ du XV°, d'un réalisme intense, provenant de la léproserie de la Bageasse. — Sur l'aérodrome de Brioude, monument, par Morel, à l'aviateur Eugène Gilbert (1889-1918).

De Brioude à Saint Flour (route 48 km Sud-Ouest; service automobile).
— Sortie de Brioude, comme ci-dessus, par la Nord 588. —: 3 km 5. On prend à gauche la route D. 12 qui s'élève, presque déserte, pour traverser l'extrémité Nord des monts granitiques de la Margeride, à travers des paysages sévères, mais non sans grandeur. On rejoint près de la gare de Talairat la ligne du chemin de fer, puis on domine à gauche la vallée du Celoux, affluent de l'Allier. — 21 km La Chapelle-Laurent, village à 960 m. d'altitude. — 23 km On laisse à 1 km 5 au Nord le hameau de Loubacret, au flanc d'un sommet qui commande un immense tour d'horizon. La route atteint 999 m. d'altitude sur un haut plateau d'herbages puis descend rapidement dans la vallée de l'Alagnonette, sur le versant de l'Alagnon. — 27 km Saint-Poney, à 826 m., sur l'Alagnonette: église romane (abside et chœur) remaniée au XV° et en 1875; à 4 km Nord-Est, dans la belle gorge de l'Alagnonette, restes du prieuré de Kochefort (crypte romane). La route remonte à 963 m., descend dans la vallée de l'Arcueil et rejoint à (32 km) Loubinet la route Nord 9 que l'on suit au Sud vers (48 km) Saint-Flour.

Tourisme à Brioude à l'époqueVariante par Lavaudieu, Domeyrat et Paulhaguet (21 km au lieu de 16 km). — On sort de Brioude par la route de La Chaise-Dieu (N. 588) qu'on suit sur 2 km A la sortie des ponts sur l'Allier, on prend à droite la route D. 20.
Tourisme à Brioude à l'époque— 4 km 5. Fontannes; franchir le passage à niveau. — 8km Bifurcation à droite.
9 km Lavaudieu, au-dessus de la vallée de la Sénouire, possède les restes intéressants mais très délabrés d'une abbaye de Bénédictines fondée à la fin du XII°, plus tard chapitre de chanoinesses nobles. L'église comprend une abside flanquée de deux absidioles ouvrant dans le transept dont les croisillons sont couverts de berceaux transversaux et la croisée d'une coupole sur trompes; à la nef, voûtée d'un berceau brisé, un bas-côté gothique a été ajouté au Nord; on y voit deux Pietà du XVI° et des statues du XVII°; clocher central à deux étages octogonaux et flèche tronquée. Le cloître est surtout curieux par l'étage en bois qui surmonte les galeries de pierre. La salle capitulaire, transformée en étable, conserve sa porte, mais sa curieuse fresque du XIII°, a disparu; grande cuisine intéressante malgré son état de ruine.

— Descente très rapide dans la vallée de la Sénouire que la route remonte.
13km Avant le passage sous la voie ferrée, un chemin qui s'embranche à droite franchit la rivière et monte à Domeyrat qui domine la rive gauche: belles ruines d'un château du XV Sud dont il reste l'enceinte entière flanquée de quatre tours; petite église romane qui possède une curieuse tête de St Jean-Baptiste sur un plat, en bois sculpté (1503). — La route s'élève sur le plateau de la rive droite
19 km 5. Paulhaguet (551 m; chemin de fer; hôtel Barthélémy, 20 chambres ), 1.280 hab., sur une large colline dominant le confluent de la Sénouire et de la Lidenne. De Paulhaguet à La Chaise-Dieu ou à Saint-Flour. — On franchit la Sénouire pour rejoindre la route Nord 102 à (21 km) la Tuillière.

Brioude - Le Puy en Velay
La route N. 102 traverse Brioude par les boulevards et en sort au Sud par la rue des Olliers.
Vieille-Brioude (église romane; dolmen), sur une falaise à pic au-dessus de la rive gauche de l'Allier. Laissant à droite la route de Langeac (N. 585), on franchit l'Allier qui coule dans un pittoresque défilé de roches basaltiques: vestiges d'un pont romain en aval du pont moderne. A la sortie du pont, montée sinueuse au-dessus de la rive droite — Entre la vallée de l'Allier et Le Puy en Velay, la route Nord 102 offre une belle traversée des monts du Velay, assez accidentée. Elle s'élève par une dure montée jusqu'à 663 m. d'altitude, avant (462 km) La Chomette, puis redescend très rapidement, en laissant à droite Salzuit qui a des caves du Moyen Age creusées dans le roc.
Tourisme à Brioude à l'époqueLa Tuillière (528 m.), carrefour où l'on franchit la Lidenne, en croisant la ligne de Nîmes et la route de La Chaise-Dieu à Saint-Flour. A 1 km 5 à gauche, Paulhagnet (ci-dessus). — On laisse à gauche le beau château de Flageac, du XV°, restauré, puis la maison forte d'Azenières.

Tourisme à Brioude à l'époqueSaint-Georges-d'Aurac (572 m.; chemin de fer). A 3 km 5 Nord-Est, le hameau de la Brequeille a une chapelle où ont été découvertes en 1931 des peintures murales du xue Sud figurant les Evangélistes; elle renferme aussi une statue en bois de la Vierge avec l'Enfant, du XV° — La route s'élève. Carrefour à 699 m. d'altitude: à 1 km 5 à droite, Saint-Elbe (dolmen), dominé par le dôme volcanique du mont Coupet (802 m.); à 3 km à gauche, Chavaniac-Lafayette.

Chavaniac-Laîayette (714 m.; chemin de fer, gare d'Aurac-Lafayette; — hôtel Lafayette, 37 chambres; hôtel Facy, 23 chambres), village de 871 hab., a vu naître en 1757 l'illustre général Lafayette, dans un vaste château du début du XVIII°, restauré en 1791 par Vaudoyer et, de nos jours, par les soins de l'association "Lafayette Mémorial" qui l'a acquis en 1916. Un véritable musée de souvenirs de Lafayette et de la guerre de l'Indépendance américaine y a été réuni (on peut demander l'autorisation de visiter). Un préventorium pour enfants a été créé sur le domaine.
La route Nord 102 s'élève, de plus en plus sinueuse, sur le versant Ouest des monts du Velay: vues étendues à l'Ouest et au Sud-Ouest sur la vallée de l'Allier et le bassin de Langeac, fermé en arrière par les hauts profils de la Margeride . — Lachaud, à droite. Très belle montée sinueuse dans la haute vallée de la Fioule.

Fix-Saint-Geneys (chemin de fer), village qui a remplacé l'antique Fines, est bâti à 1.106 m. sur la ligne de faîte des monts du Velay, au-dessus du tunnel du chemin de fer. La route descend sur le versant oriental, en parcourant de hautes terres nues et mamelonnées: vues immenses sur le bassin du Puy en Velay, jusqu'à la grande crête des Cévennes (Mézenc, Meygal).

Tourisme à Brioude à l'époque— A gauche, route conduisant (3 km) au château de la Rochelambert. Borne (746 m.), où l'on franchit la Borne pour remonter aussitôt. Jonction de la route Nord 106, à gauche On se dirige au Sud-Est.

Polignac (cars pour Le Puy en Velay, La Chaise-Dieu), bourg de 2.090 habitants, est situé au pied d'un énorme rocher de basalte dont la plate-forme (806 m.), mesurant 200 m. sur 100 m. et taillée à pic sur tout son pourtour, porte l'une des plus majestueuses forteresses de la France féodale. Ce château (visite payante; demander la clé dans le village, chez M. Molland), berceau d'une famille célèbre, offre un vaste ensemble de ruines qu'enserré une enceinte bien conservée du XIII°. On y voit les substructions d'une chapelle romane et d'importants vestiges de constructions gothiques. Un superbe "donjon carré de la fin du XIV°, restauré, haut de 32 m., s'élève à l'une des extrémités de la plate-forme où est creusé un puits profond de 83 m.

Tourisme à Brioude à l'époqueL'église du bourg est un joli édifice roman avec de belles sculptures (chapiteaux remarquables) et des fragments gallo-romains encastrés dans les murs; porche latéral du XIV°. L'abside et l'absidiole de droite conservent de précieuses fresques du XIV° découvertes sous un badigeon en 1931: dans l'abside, le Jugement dernier (remarquable Pèsement des âmes), au dessous d'une frise d'anges musiciens; dans l'absidiole, Annonciation, Visitation et Nativité, avec frise de bergers et de mages. Dans la sacristie, reliquaire en bois sculpté et peint du XV°; beau groupe en bois polychrome de Ste Anne, la Vierge et l'Enfant Jésus, du XIII°.

Tourisme à Brioude à l'époqueLe Collet, ferme située au col qui sépare le volcan de Sainte-Anne (857 m.) du volcan de Denise (890 m.), à gauche: ce dernier, que la route contourne, est célèbre par la découverte, dans des couches sédimentaires formées entre deux périodes d'activité volcanique, de l'homme fossile du Chelléen ou Préchelléen dont les restes sont au musée du Puy en Velay.

Col de l'Hermitage (Restaurant-Auberge de l'Hermilage), d'où l'on découvre un splendide panorama sur le bassin du Puy en Velay et sur les monts du Vivarais (table d'orientation).
Panorama: — de gauche à droite, au premier plan: mont Brunelet (798 m.); dyke d'Aiguilhe surmonté de l'église Saint-Michel; rocher Corneille et statue de Nord-D. de France (p. 135); cathédrale du Puy (p. 130); rocher d'Espaly et statue de St Joseph (p. 137); ruines du château de Charles VII; orgues d'Espaly; — à l'horizon s'échelonnent les principaux sommets des monts du Vivarais; de gauche à droite: Mégal (1.435 m.; à 21 km); Tortue (1.256 m.; à 22 km); Mézenc (1.754 m.); mont d'Alambre (1.695 m.; à 25 km); suc de Séponet (1.530 m.); suc de Montfol (1.601 m.); suc du Pal (1.405 m.; à 43 km); suc de Bauzon (1.474 m.).
Du col, on va voir en quelques minutes, par un sentier qui s'ouvre à droite, les belles colonnades basaltiques connues sous le nom d'orgues d'Espaly, les unes verticales, les autres horizontales.
Une descente rapide aboutit au pont de la Borne d'où l'on découvre sur Le Puy en Velay une vue justement célèbre.
Le Puy en Velay (630 m.), où l'on arrive tout droit à la place du Breuil (parc de stationnement).

Tourisme à Brioude à l'époque Tourisme à Brioude à l'époque Tourisme à Brioude à l'époque Tourisme à Brioude à l'époque
Tourisme à Brioude à l'époque Tourisme à Brioude à l'époque Tourisme à Brioude à l'époque
Tourisme à Brioude à l'époque

L'Etoile Chambres et tables d'hôtes à La Bastide Puylaurent entre Lozère, Ardèche et Cévennes

Ancien hôtel de villégiature avec un magnifique parc au bord de l'Allier, L'Etoile Maison d'hôtes se situe à La Bastide-Puylaurent entre la Lozère, l'Ardèche et les Cévennes dans les montagnes du Sud de la France. Au croisement des GR7, GR70 Chemin Stevenson, GR72, GR700 Voie Régordane (St Gilles), Cévenol, GR470 Sentier des Gorges de l'Allier, Montagne Ardéchoise, Margeride, Gévaudan et des randonnées en étoile à la journée. Idéal pour un séjour de détente.